Qu’est-ce que le catabolisme en musculation ?

En musculation, il y a deux sortes de réactions qui interviennent au niveau de l’organisme. Il s’agit de l’anabolisme et du catabolisme. Si le premier possède des avantages, le second est redouté. Qu’est-ce que le métabolisme musculaire ? Quels sont ces inconvénients ? Comment l’éviter ? Telles sont les questions pour lesquelles ce guide t’apporte des réponses.

 

 

C’est quoi le catabolisme musculaire ?

Le catabolisme musculaire est un métabolisme opposé à l’anabolisme. Il permet la production d’énergie en provoquant la dégradation des molécules complexes telles que :

Celles-ci sont transformées en substances plus simples (acides aminés, nucléotides, acides gras, etc.). En des termes plus clairs, le catabolisme est la transformation des tissus musculaires en énergie. La conséquence de cette réaction est une réduction de la masse musculaire.

Quels sont les inconvénients du catabolisme ?

En dehors de la perte ou la fonte musculaire, le catabolisme a plusieurs inconvénients lorsque tu pratiques un entraînement excessif. En effet, les réactions métaboliques se complètent et avec un surentraînement, tu ne donnes pas l’opportunité à l’anabolisme d’avoir lieu. Ta capacité à reprendre des muscles se trouve ainsi réduite.

Comme inconvénient du catabolisme, on peut noter une perte de motivation de l’athlète ou du sportif. Ce dernier peut ressentir de façon inhabituelle de la fatigue, ce qui affectera à coup sûr ses performances. De plus, il ne faut pas écarter les blessures à répétition, une prise de gras importante et un déficit du système immunitaire.

Comment éviter le catabolisme ?

Bien que ce soit une réaction naturelle de l’organisme, il est tout à fait possible de lutter contre le catabolisme musculaire. Il suffit d’appliquer les conseils suivants.

eviter catabolisme

Opter pour une alimentation adaptée

Tu dois à tout prix éviter un régime hypocalorique si tu souhaites briser le catabolisme. En tant que sportif, tu dois consommer des aliments qui t’apportent assez de calories. Par ce moyen, tu procures à ton organisme un réservoir d’énergie suffisante. Il ne lui sera plus utile de puiser dans les tissus musculaires.

Tu peux également augmenter le nombre de repas consommé par jour. En moyenne, il est recommandé à un sportif de consommer entre cinq et sept repas quotidiennement. Pour remplacer l’énergie dépensée lors d’un entraînement, tu dois consommer un repas léger à la fin.

Découvrir notre calculateur de calories 

Se reposer après les entraînements

Le repos est un paramètre à prendre en compte dans l’équation. Que tu sois sportif ou non, un sommeil réparateur est toujours conseillé pour reprendre des forces afin d’accomplir de nouveaux défis. C’est au cours de ce moment, que ton organisme effectue une récupération. S’il n’est pas suffisant, cette dernière sera incomplète. Tu entres ainsi dans une phase de surentraînement. Selon les spécialistes, une récupération complète nécessite huit heures de sommeil chaque nuit.

Éviter le surentraînement

Contrairement aux idées reçues, le surentraînement ne favorise en rien le développement musculaire. Il est alors inutile de pratiquer une activité sportive intense et sans limite. Pour optimiser la masse musculaire, il te faut juste trouver le juste-milieu entre entraînement intenses et faibles. Dans le cas contraire, l’organisme brûlera assez de protéines qui déclencheront le catabolisme. Pour connaître le temps et l’intensité d’entraînement qui te convient, il est important de connaître ton corps.

En définitive, le métabolisme musculaire est un phénomène naturel qui intervient lorsqu’on fait des exercices physiques démesurés. Cette réaction peut avoir plusieurs inconvénients sur l’organisme dont la fatigue et les blessures. Heureusement qu’il y a des moyens pour l’éviter. On peut citer la pratique d’un sommeil réparateur, un entraînement moins intense et une bonne alimentation.

Abonne-toi pour recevoir
Nos derniers articles
S'abonner à la
newsletter